Transfert

FREUD'S_SOFA

Le divan de Freud

Ce texte est un poème d’amour d’un genre particulier, puisqu’il tente d’évoquer l’amour ressenti pour un psychanalyste dans le cours de la thérapie. C’est pourquoi je l’ai appelé transfert, ce mot issu de l’allemand Übertragung (report) désignant l’ensemble des

sentiments ressentis par le patient à l’égard de son analyste. En anglais, on emploie le mot transference et en espagnol transferencia) De fait, note Freud dans Selbstdarstellung (Sigmund Freud présenté par lui-même) en 1925,  dans chaque traitement analytique, s’instaure, sans aucune intervention du médecin, une relation affective intense du patient à la personne de l’analyste, relation qui ne peut s’expliquer par aucune des circonstances réelles. Elle est de nature positive ou négative, va de l’état amoureux passionnel, pleinement sensuel, jusqu’à l’expression extrême de la révolte, de l’exaspération et de la haine. Cette relation, qu’on appelle, pour faire bref, transfert, prend bientôt la place chez le patient du désir de guérir et devient, tant qu’elle est tendre et modérée, le support de l’influence médicale et le ressort véritable du travail analytique commun.

J’ai tenté pour ma part d’exprimer les émotions ressenties en les contenant strictement dans un cadre évocateur du cadre analytique, qu’il s’agisse de la forme (vers de 9 pieds, 4 strophes de 4 vers) ou de l’évocation du lieu comme cadre et comme métaphore. Le poème est dédié à la mémoire de Gérard Le Gouès.

Le divan, lisière et variation
Abord progressif du silence
Lit équivoque entre un et deux
Miroitements et ruminations.

La porte, irruptions et départs
Poignées de Sèvres, des mains brèves
Le verre contre les empreintes
Le désir et la peur d’étreindre.

Les moulures, le plâtre laiteux
Tant de roses que l’on déverse
Immobiles et constants frissons
De notre désir solitaire.

Les nus alanguis par leurs rêves
Mamelons et lèvres vermeilles
Des femmes, à nos côtés, dans l’
Imaginaire demeure des cadres.

Paris, 19 juin 1992

Advertisements

3 réflexions sur “Transfert

  1. Words rich with emotions and desires. They flow with elegance and in ‘transference’, the feelings try to find a safe abode. Maybe there is just that hope to feel desired again and loved.

    I always enjoy reading your posts. Thank you so much.

    J'aime

  2. Votre émouvant poème me rappelle une expérience personnelle, il y a un peu plus d’un an, je suis allé au rendez-vous habituel chez mon psychanalyste et j’ai trouvé porte close, un peu plus tard, j’ai appris qu’il était décédé… Quand on va voir son psy pour parler de ses angoisses de mort (entre autres), ça laisse un vide, et en même temps on se dit qu’il s’est agi d’une curieuse forme de transfert…

    Aimé par 1 personne

    • je vous remercie tout particulièrement de ce commentaire. L’expérience est en effet terriblement forte et au fond il n’y a personne je crois qui nous connaisse aussi bien que le psychanalyste chez lequel on est venu plusieurs années durant…

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s